SENSDUMONDE

JESUS DANS LE CORAN,

Ce qu'il faut savoir déjà...

Qui est Jésus dans le Coran ?

Nous avons appris que le Coran est le livre religieux de l’Islam aux 114 sourates révélé et incréé : il contient la parole de Dieu par une sorte de dictée surnaturelle qui est la révélation de Allah parvenue à Mahomet, dernier des prophètes, par l’intermédiaire de l’Archange Gabriel /Djibril/Esprit de Dieu). Jésus (Aïssa, Eisa, Yeshoua, Yssa (l’esprit d’Allah), AL-masîh (le messie), Nabi (prophète),…) est le seul prophète à naître de la parole divine, donc suivi de son verbe (logos). Sans filiation paternelle et d’une division quelconque comme la Sainte Trinité dans le Christianisme, on lui accorde une stature très élevée auprès de Dieu.

Sa naissance :

A savoir que dans les textes coraniques, Jésus a différentes appellations : Ibn Maryam (fils de Marie) ; Min al-muqarrabîn (parmi les proches), wajîh (digne de considération), mubârak (béni), qawl al-haqq (parole de vérité), ‘Abd Allah (serviteur de Dieu), Rasûl (envoyé), …

Marie, vierge, devint donc enceinte de Jésus, et lorsque vint le temps d’accoucher, elle s’éloigna de sa famille et se dirigea vers l’Orient.  Au pied d’un dattier, elle donna naissance à son fils. Sourate 19 : 19, Gabriel dit à Maryam : « Je suis en fait un messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur. » Jésus est né miraculeusement sur l'ordre de Dieu, tout comme Adam, à qui Dieu avait insufflé la vie sans qu'il n'ait eu de père.  Dieu a dit: "Sois"; et il fut. (de même pour l’enfant de Marie - Coran, 3:47- Référence cours). Jésus parle dès sa naissance et c’est vers l’âge de trente ans qu’il commence sa mission. Soulignons que l’on trouve dans la sourate 19 quelques similitudes proches de la foi chrétienne comme : l’annonciation, la venue de l’Esprit de Dieu, la conception virginale de Jésus,… (Points développés dans Marie dans le Coran)

Sa mission :

Le coran enseigne que Jésus, prophète et émissaire de Dieu, est gratifié de dons octroyés par Dieu comme celui de faire des miracles (Bayyinât) (2,87 ; 5,110 ; 43,63 ; 61,6). Ses pouvoirs naturels lui confèrent le bien fondé de sa mission divine auprès de son peuple. Toutefois, la majorité des juifs refusa de croire à sa mission prophétique.

Sourate 3,48-49 : “Et (Allah) lui enseignera l'écriture, la sagesse, la Thora et l'Evangile, et il sera le messager aux enfants d'Israël, [et leur dira]: “En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d'un oiseau, puis je souffle dedans : et, par la permission d'Allah, cela devient un oiseau. Et je guéris l'aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission d'Allah. Et je vous apprends ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. » Notons qu’à l’époque de Jésus, les Israélites étaient très versés en matière de médecine.  Par conséquent, les miracles accomplis par Jésus (avec la permission de Dieu) étaient de cette nature et incluaient le fait de redonner la vue à l’aveugle, de guérir les lépreux et de ressusciter les morts.(Sourate 5:110)

Jésus supprime quelques interdits « Je viens confirmer ce qui existait avant moi de la Torah et pour vous rendre licite une partie des choses qui vous ont été interdites. Je suis venu avec des versets de votre Seigneur. Craignez Dieu et obéissez-moi. » (3,50), et il annonce surtout l’avènement du Paraclet : son successeur naturel Muhammad (61,6) : « … Jésus, fils de Marie, dit : « Ô enfants d’Israël !  Je suis vraiment le messager de Dieu, qui vous est [envoyé] pour confirmer ce qui a été (révélé), avant ma venue, dans la Torah, et pour vous annoncer la bonne nouvelle d’un messager qui viendra après moi et dont le nom sera « Ahmed ».

Sa prédication : Le monothéisme – L’obéissance - Le bien fondé

L’Islam réfute catégoriquement le concept de la Trinité, car « seul Dieu mérite l’adoration ». Le moindre culte voué à un autre que Lui étant considéré comme Idolâtrie ou Association est le plus grand péché en Islam, il ne peut être pardonné. Ainsi dans la sourate 5 Al-Mâ-Idah (La Table Servie), Dieu interroge lui-même Jésus et Marie, pour savoir si les deux êtres ont demandé à être associés à Dieu en place de Lui Seul, 72-73. Il n'y a de divinité qu'Une Divinité Unique dans le Coran. Nous notons bien que Allah n’a pas d’enfants. Jésus ne peut pas être adoré comme Dieu. Croire en la Trinité, c’est être polythéiste (112.4 Et nul n´est égal à Lui)-Puis, vient la foi, c’est croire qu’Allah existe, lui être reconnaissant et obéir à ses commandements. (2,177)

Sa mort, que dit l’Islam ?

Nombreux furent les commentateurs qui tentèrent l’exégèse coranique des versets relatant les derniers moments de Jésus sur terre, mais il est fort de constater que le sens profond de ces derniers demeure encore mystérieux. Cependant qu'ils soient sunnites ou chiites (notons bien d’après le cours, certains courants shiites, philosophiques (platonisants) et mystiques, admettront que le corps de Jésus est en croix, mais que son âme a été élevée au ciel -cf. M.Hayek, Le Christ de l’Islam, 227-236), les musulmans, dans leur grande majorité, approuvent le récit Coranique selon lequel, Jésus n’a jamais été mis à mort, ni crucifié par les autorités romaines et les Israelites, mais seulement « rappelé » vers son Seigneur. Car Dieu, dans sa majesté, ne pourrait permettre un tel acte à l’encontre de son envoyé. Le Coran affirme : ...Ils dirent : "Nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le messager de Dieu"... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié, mais son apparence fut donnée à un autre homme /(quel homme ?) et ils tuèrent cet homme…(Coran, 4,157) – Aussi, dans l’évangile apocryphe de Barnabé est livrée la clef de l’énigme concernant la mort et la résurrection de Jésus, point que je développerai dans L'Evangile de Barnabé. Dieu affirme clairement qu’Il a élevé Jésus vers Lui. « …mais Allah l’a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage, 4, 158 » (Il n'est pas question de résurrection)

Son rôle eschatologique :

Selon une tradition eschatologique qui s'appuie sur des versets coraniques dont le sens reste sûrement ésotérique, et surtout aussi, sur des hadiths prophétiques, un Messie (Notons que le Coran adopte ce titre de Jésus sans l’expliquer) « Massih », reviendra à la fin des temps pour rétablir la religion de la vérité. Plusieurs de ces hadiths affirment qu’il s’agira bel et bien de Jésus Christ « Issa ». Notons que les hadiths sont des « propos » et des « actes » attribués au Prophète Mohamed ainsi qu’à ses compagnons, ceux-là constituent la tradition musulmane, dite la Sunna.

Le prophète Mohammed a dit à ses compagnons : « Jésus, le fils de Marie, descendra parmi vous et jugera selon la loi coranique et non pas selon la loi de l’Évangile. » (sahih al-Boukhari)

Dans le Coran, Dieu nous rappelle que le Jour du Jugement est un jour que nul ne pourra éviter et que le retour de Jésus sur terre sera un signe de l’imminence de ce Jour. « [Jésus] sera un signe de [l’arrivée imminente de] l’Heure.  N’ayez donc aucun doute au sujet [de l’Heure] et suivez-Moi : voilà le droit chemin. » (Sourate, 43,61)

Voilà, déjà...à suivre.

L.A.D